jeudi, décembre 14, 2017 00:46

Archive for août, 2003

Ils finiront par me tuer avant le 30 aout…

Samedi, août 16th, 2003
No Gravatar

Pas d’accroche raccoleuse ce coup-ci, mais je dois absoluement vous raconter ça.

Hier, j’ai vu un mec hyper beau rentrer dans la boutique. environ 25-26 ans, grand, mignon, petites lunettes rectangulaires, cheveux brun “effet mouillé”, un petit bouc… Le mec kawai qu’on voit dans les mangas Le top

Comme y a personne dans le magasin et que je me fais chier comme un rat mort, je tente de le suivre un peu pour le reluquer… Je l’avais encore jamais fait… Et là, paf, une vieille me demande si j’ai encore “Femme Actuelle” en magasin. Me voilà condamnée a aller voir dans la remise…Le temps que je revienne, j’avais perdu l’éphèbe de vue.

Deux minutes après il arrive à la caisse ! Je me debarasse vite fait de la mémé et de Femme Actuelle, et je lance un “bonjour” langoureux à mon nouvel amoureux, et pendant que je regarde la blancheur de ses dents, il pose son magazine sur le comptoir. Je prend le truc pour passer le code-barre, je prend le mag’...

GAY.

Une revue Gay. Ca n’arrive qu’a moi, ça. Je lui ai fait payé, je lui ai même mis dans un sac alors que je le fais jamais. Je lui ai dit au revoir, j’ai du avoir l’air con car ma collègue m’a regardé et m’a dit “He oui, se sont des choses qui arrive !” Ben ça fait bizarre quand même !

Ne pas melanger l’amour et le travail, voilà une leçon à retenir ! Surtout quand le mec a la carrure d’un perso de Yaoi Manga, et que le travail est un job d’été dans une Maison de Presse “tout public”...

Bon, promis, demain je parle d’autre chose ! LOL

Un matin chez Edouard (ou comment j’ai classĂ© les magazines Porno…)

Mardi, août 12th, 2003
No Gravatar

Titre raccoleur, je sais…Mais ai-je vraiment besoin de ça ?

Aujourd’hui j’ai commencé à 8h00 pour recuperer mon heure de vendredi (où, faute de client, j’etais partie une heure plus tot) la vendeuse presente ce matin revenait de vacances et ne me connaissait pas. Quelle chance. J’aimerais parfois ne pas me connaitre tellement ce que je suis obligé de faire est debile…Je m’explique.

Comme toujours, j’arrive comme un cheveux sur la soupe :”Bonjour ! Je suis Audrey”. Je vois les yeux ebahis de la vendeuse. Un regard genre “Merde, une heure d’avance, je fais quoi d’elle ?” me laisse presager du pire. A 8h00 du mat’ je suis toujours dans le coltard. Je fais le menu fretins : trier les nouvelles revues, enregistrer les nouveaux prix, les classer par genre, etc. De tout evidence, le mardi est synonyme de deux choses : L’arrivée massive des revues pour collectionneurs, et l’arrivée massive de ce que j’appelle, vulgairement, les “bouquins de cul”.

Et ce genre de revue, y en a pour tous les gouts : Gay, echangiste, sado-maso, lesbienne, mďż˝me le Hentai est de la partie. Hum. Humhum, me dis-je. Mais qui va bien avoir à mettre tout ça en rayon ?

Bibi bien sur. Qui d’autre ?

Pendant les 5 premières minutes, j’étais partagée entre amusement et consternation. Qu’il y ai autant de revue de ce genre dans une boutique presse de supermarché, je l’aurais jamais imaginé. C’est peut etre aussi parce que je n’avais jamais vraiment osé regarder. Et puis après, ma foi, je me suis dis que je ne devais pas etre génée par ce genre de truc. N’empeche que c’est bizarre.

Les gens qui en achètent aussi, d’ailleurs : C’est dans ce genre de cas que je me rends compte de ma naïveté.

C’est arrivé vendredi : un homme, la soixantaine, passe en caisse avec un magazine porno et un journal. Bonne observatrice, je remarque que le journal date de la veille. Reflexe naif : “Monsieur, vous avez pris le journal d’hier.” Il me repond “AH bon ? Tant pis. Je le prend quand même”.

Pendant 3 secondes je n’ai pas compris son geste : Ah quoi bon acheter un journal dépassé ? Mais à la 4ème seconde, j’ai compris son achat lorsque je l’ai vu cacher son bouquin de cul dans le journal.

CQFD.

Des fois je meriterais des baffes, tellement ma naiveté m’etonne. Mais comment reagireriez-vous, dans ce genre de situation ? Je vous le demande.

Mon boulot chez Edouard, suite

Lundi, août 11th, 2003
No Gravatar

Ca fait une semaine que je travaille dans une grande surface, dans ce qu’ils appellent la “boutique presse”. Je suis vraiment etonnée de voir à quel point le cerveau humain s’habitut rapidement aux automatismes du travail.


Quand un client arrive, mon cerveau me balance un “bonjour” du meilleur effet possible, assorti d’un sourire net en toute circonstance, même quand il y a une file de 20 personnes derrière, que l’ordi de la caisse plante, et que j’ai plus de monnaie.


Ensuite, le cerveau dirige ma main vers le magazine pour le saisir, mes yeux cherchent le code-barre et mon autre main passe le “detecteur de prix” dessus. Ensuite ma bouche s’ouvre pour demander le paiement. Ma cervelle me pond un rapide calcul appelé “rendu monnaie”, un dernier effort de ma main pour donner ses achats et sa monnaie au client, et après un “au revoir” langoureux je passe au client suivant.


Tout environs 200 fois par jour, tel est mon destin.


Tout ça est sans compter les contraintes de stock, d’heure et de climat : la phrase “desolée je n’en est plus en stock” peut etre mariée à toutes les sauces, et je me rends compte que pour les personnes qui bossent toute l’année là bas, elle est aussi synonyme de “j’en sais rien s’il m’en reste, mais vu que j’ai pas envie d’aller voir en rayon alors on va dire qu’il y en a plus.”

Hum.

A 19h30 mon cerveau enclenche le mode “bonsoir” et envoi le “bonjour” au placard. Et à 20h45 il enclenche le mode “desolée, on va fermer”. C’est dingue comme le timing de mon cerveau est bien reglé !

Serieusement, je me verrais mal faire ce boulot toute l’année. Entre la gueguerre qui regne entre les employés, opposant responsable téléphonie et responsable informatique sur la disposition du materiel dans les vitrines, et les clients tordus qui nous reclame “passion percing magazine”, c’est vraiment pas un boulot enviable. Mais bon, c’est que pour une mois ;)

Mon job d’Ă©tĂ©, vioc kickĂ©

Jeudi, août 7th, 2003
No Gravatar

Ayé.

Le mois de boulot dans la grande surface où je vais taffer un mois tous les ans à commencé.

Je travaille à la boutique Presse, chose beaucoup plus ardue qu’a première vue : Debout 7h par jour, derrière une caisse, à passer des codes-barres de journaux, à demander les 35 cents. du Télé Z à la dame, à avoir peur de se planter dans le rendu monnaie, à tenter de pas rigoler quand un mec en costar-cravate vient payer son bouquin de cul “special lesbiennes”...Malgré tout, c’est un boulot que ne me deplait pas.

Le plus difficile à supporter, je dois l’avouer, ce sont les vieilles. Pardon de l’expression, mais comment les qualifier autrement ? Ces dames à la retraite n’ont rien à faire de leur journée, et malgré cela elles viennent m’emmerder, à 9h30 du matin, pour acheter leur télé Z. P’tain Je garde mon calme parce que je suis (guère) payée pour ça, mais j’ai parfois envie de les fracasser contre la vitrine des portables, ces vieilles tromblonnes.

Ce matin, j’ai été seule en caisse pendant 30 minutes. Ma très sympathique collègue (je pouvais pas rever mieux je crois) était partie chercher des cartons pleins de télés dans les “hangars” (je sais plus comment ça s’appelle) en me laissant seule au commande. Et entre le PMU-Grat-O-Grat loto d’un coté et la caisse de l’autre, j’avais du mal à gerer. Là, une vieille arrive, depassant la file d’attente de 15 personnes, et me dit “vous etes toute seule ?” je lui reponds “Oui, ma collègue s’est absenté quelques minutes”. Bien sur que j’étais seule, pauvre conne. Y avait pas l’homme invisible à la caisse avec moi.

5 minutes passent. Toujours pas de collègue. J’enchaine client sur client, les mains m’en tremblent tellement je vais vite. Reaparition de la vieille : “Dites-donc, ça fait 10 minutes que j’attends !” “Je suis navrée madame, ça fait trois jours que je suis là, aujourd’hui nous ne sommes que deux au lieu de quatre et je dois faire le travail de deux personnes, je suis desolée.” Polie je suis. Enervée, aussi. Et la rombière de repondre “non mais c’est inadmissible, vous allez voir, je vais aller voir la direction, et votre stage je vais vous le terminer vite fait !”. Mauvaise remarque. “Mais madame, je ne suis pas en stage, mais en emploi d’été pour payer mes etudes. On ne me paye ni à la pièce, et surtout pas à l’erreur, donc je vais aussi vite que je peux”. Et j’ajoute “Et si vous voulez aller voir la direction, attendez moi et nous irons ensemble.”

Elle a balourdé son télé Z est s’est baré. Ca a liberé une place dans la file. Les clients rigolaient : j’étais ravie de voir que personne d’autre ne m’en voulait. Je pigerais jamais les vieux. Moi j’avais trop envie d’une grasse matinée, eux me faisaient chier à 9h, heure de l’ouverture du magasin. C’est ça la retraite ? Et dire qu’en bossant un mois, je file de l’argent pour payer ce genre de vieilles grognasses. Si grace à ça je pouvais avoir la paix.

J’pigerais jamais les vieux.

Pardon.

Samedi, août 2nd, 2003
No Gravatar

Pardon.

Pardon car ça fait une tripotée de temps que j’ai rien mis sur mon blog.

Pourtant, je vous assure, j’en ai à raconter !

COmmençons par aujourd’hui.

Ayé, j’ai trouvée un appart’ à Nancy. C’est un T2 avec balcon, kitchennette et tout le confort necessaire pour ma petite personne. Mais ça me fait un peu peur quand même, car maintenant je me rends compte que ce n’est plus qu’une question de deux mois à peine avant que je parte. Et, mine de rien, ça va me faire bizzare, sur le coup…Quitter mes parents et mon frère pour vivre une vie solitaire dans une ville que je ne connais pas, c’est etrange comme situation, je trouve.

Du coup, j’ai déjà cherché des adresses de boutique de Jeux de Roles et de Japanim’. J’en ai trouvé quelques unes, et j’ai découvert qu’il y avait désormais une convention de Japanim’ à Nancy ! SUper ! J’aimerais beaucoup participer à son organisation, si c’etait possible. Je rêve de m’investir dans ce type de convention depuis longtemps. J’ai posé la question sur le forum du site, on verra bien ce que cela donne…Et si ça ne fonctionne pas, je pourrais toujours y aller :) Ca me donnera une bonne raison de continuer le cosplay :)

J’ai encore plein de trucs à raconter, mais il est tard. Prochain episode demain ;)