mardi, juin 18, 2024 02:45

Archive for mai, 2004

Réflexion (personnelle)

Vendredi, mai 21st, 2004
No Gravatar

Carl Lewis, vous imaginez, avec un “o” en plus, ça aurait été Lewis Carol.


(Un peu de plus, Carl Lewis écrivait Alice au Pays des Merveilles. Ca fait peur.)
©Aeris Katsuragi.

Le salon de l’Epitaaaa XD

Vendredi, mai 21st, 2004
No Gravatar

C’est bientooooooooot X-D

J’y vais le 30 juin. J’ai trop hâte d’y être et de revoir Fujin, Cayou, Fifi, Mimi, Ellone, Didou… (Arno ? )

Ca va être cool _ (vous remarquerez que je suis en plein dans les partiels et que je ne pense qu’à aller m’acheter des manga sous un soleil de plomb en chantant comme un pied au karakoé... La fac rend feignant !)

Et PAON, dans la gueule ! [photo]

Mercredi, mai 19th, 2004
No Gravatar


C’est très rare que je reussisse une photo ! (prise au parc de la Pépinière samedi dernier, juste après le premier partiel, wah-la-vache-que-c’était-chaud).


Sinon au passage, j’vais aux Beaux Arts ce soir, voir si Charlotte et Thomas sont pris. Je flippe autant qu’eux sur ce soup là, éhéhé...


Oups, j’ai couuuuurs et chuis à la bouuuuurre ___

Appart’, part.1

Mercredi, mai 19th, 2004
No Gravatar

L’étagère



comment : L’étagère de mon appart’, dans la chambre. Au dessus, collection de gashapons (petites figurines) et d’objets divers en rapport avec les manga/jeux vidéo que j’aime. 1er étage en partant du haut : DVD, figurines FF coca-cola, gashapons Hellsing, Tomberry en peluches et TGC de .Hack. Etage 2, manga. Etage , mes cours…(Oui, c’est toujours le même bordel :p) et des BD de Bilal pas rangées (ainsi que de la patafix, Arno aura sans doute remarqué) en dessous des bouquins, pour la fac ou pour le plaisir (voire les deux). Tout en bas(mais on voit pas) mon poste radio et des boites de jeux.


Bref, c’est le bordel _____

Photographie clandestine à la Fnac

Lundi, mai 17th, 2004
No Gravatar

Monsieur Fnac : Mesdemoiselles, mesdemoiselles !


Charlotte, son appareil dans les mains : Oui ?


M.Fnac : Il est interdit de prendre des photos dans le magasin…


Moi : Ah, desolées on savait pas…*gros mensonge*


M.Fnac : Bon, ce n’est pas très grave, vous l’avez prise, donc gardez là !


Moi : Merci !


La photo en question…


 

PAS VENUE ! Grrrrr

Lundi, mai 17th, 2004
No Gravatar

Elle devait ramasser une dissert’ qu’on s’est tous emmerdés à faire ce week end,


Elle devait nous rendre nos dossiers,


Et elle est PAS LA !


Et je me suis levée comme une conne à 8h00 !


Qui a dit qu’il y avait moins d’absentéisme de profs à la FAC ? >:

Une certaine conception de l’amitié…

Vendredi, mai 14th, 2004
No Gravatar

Hier, après une journée d’intenses révisions (super mal au crâne, d’ailleurs, Alcaselzer powa) j’ai eu le plaisir de recevoir Charlotte et Thomas, deux amis de mon ancien lycée, qui passent actuellement des exams d’entrée aux Beaux Arts de Nancy. On a bu un verre ensemble chez moi, et ensuite on est allé au resto (le resto spécial formage où j’étais allé à mon anniversaire)  et on s’est poilé un max. Comme j’ai dit, il ne manquait plus que Florent pour que la soirée soit inoubliable : Flo, tu nous manque !


Tout ça pour dire, depuis que je suis à Nancy, ma conception de l’amitié In Real Life (puisque celle sur Internet est, selon moi, inégalable et indiscutable) a changé. Depuis novembre, je n’ai pas eu de nouvelles de beaucoup de monde, et j’en ai donné très peu, et la plupart de ceux à qui j’en ai donné n’ont pas pris la peine de me répondre (ce qui, aux premiers abords, m’a beaucoup vexé). Finalement, je me rends compte aujourd’hui que c’est pas plus mal. Certaines personnes qu’il m’a été donné de revoir depuis m’ont déçues, sans doute autant que moi-même, je les ai déçu. Je ne suis pas quelqu’un qui cultive le changement pur et simple d’attitude en l’associant à un changement quelconque de style de vie ; Je suis moi, c’est tout, moi et ma franchise, ma sincèrité parfois blessante. En les revoyant, j’ai sous-entendu un adieu à ses personnes. Aujourd’hui, les gens que j’ai pu rencontrer au lycée et qui comptent encore pour moi aujourd’hui se comptent sur les doigts d’une seule main, au sens propre, ce qui met en avant mon echec social vis-à-vis des autres, c’est à dire ceux qui ne trouvent pas de doigt pour se blottir, et qui n’en trouveront plus. Ils ont provoqué en moi une déception. Deception que j’espère, personnellement, avoir provoqué en eux, preuve non pas d’un vulgaire dédain de ma personne, mais d’un sentiment exhacerbé qui prend sa source dans mon état d’esprit. En d’autres termes, j’espère que mon message sous-entendu à été, au moment propice, saisi par ses personnes. Même si ça m’a fait mal sur le coup, je me rends compte aujourd’hui qu’il en a toujours été ainsi. Mon univers ne coincide qu’avec celui d’une minorité de personnes, et c’est en cela que se résume ma vie sociale : Un univers personnel dans lequel ne circule qu’une poignée de “V.I.P” qui n’ont leur carte de membre uniquement parce que moi, j’ai la cartede membre de leur univers, à eux. Les base de l’amitié, c’est le partage de l’univers…

Mangeur de cigogne

Lundi, mai 10th, 2004
No Gravatar

MANGEUR DE CIGOGNE


Mangeur de cigogne


MaNgEuR dE cIgOgNe


...


Vous vous demandez pourquoi je dis ça ? Pourquoi j’écris bêtement mangeur de cigogne ?


Pour ça : http://concours.promo-web.org


Bah oui, plus c’est neuneu, plus j’aime. Près de 200 sites se battent à grand coup de metatags pour être dans le top (le plus cours possible) des sites trouvés pour la requête “mangeur de cigogne”. Alors moi aussi, j’ai envie de voir si mon tracker va m’afficher des trucs de ce type, éhéhé


Et puis c’est peut-être bien d’être mangeur de cigogne !


(J’attends vos commentaires éclairés…)

Van Helsing : Blockbuster et saccage litteraire…

Vendredi, mai 7th, 2004
No Gravatar

Je suis passionnée par les vampires depuis déjà bien longtemps, et j’ai, à ce titre, dévoré les oeuvres de Stoker, Rice et compagnie (en passant par Polidori, mais c’est autre chose). Cette année j’ai eu le plaisir de relire Frankenstein de Shelley. Un vrai bonheur de la litterature fantastique.


Bref, tout ça pour dire que, sans etre une spécialiste, je connais un peu le sujet. Et j’attendais avec impatience le film de Stefen Summer, réalisateur consacré par La Momie il y a quelques années (pur film d’aventure que j’avais adoré, mais dont j’ai detesté la suite). La question pour moi était de savoir dans quel contexte le prendre.


Pas du contexte des oeuvres, en tout cas ! Van Helsing est un condensé de Dracula, Frankenstein, un peu de Dr Jeckyll & Mr Hide et une grosse dose de Loup-garou. Hugh Jackman, quant à lui, est un melange de Légolas version arbalète, de Wolverin pour le passé foireux et de James Bond pour les gadgets délirants (mention spéciale pour le cricifix dépliable). Ah, il est bien loin le vieux prof hollandais qui donne à tout le monde des colliers de gousses d’ail ! Quant à Kate Beckinsale (qui, après Underworld, passe du coté des chasseurs de bestioles) elle incarne à elle seule la femme émancipée du XIX, ceinture noire de kong-fu, pro du rattrapage de lianes en plein vol et feminine à la fois (corset et bustier méga serré oblige). Dernière descendante d’une lignée de chasseurs de vampires maudits par Dracula en personne, elle doit le tuer avant de mourir elle-même, faute de quoi toute sa famille résidera en Enfer pour l’eternité. Pour éviter tout ça, le Vatican envoie donc ce cher Van Helsing (renommé, au passage, Gabriel… Ca doit faire plus catho qu’Abraham), chasseur de curiosités souvent monstrueuses, à la rescousse de la donzelle qui, vous vous doutez bien, va vite craquer pour le viril taciturne (et vice versa).


Malgré une floppée incalculable d’invraisemblances et d’anachronismes divers, Van Helsing reste cependant un film d’aventure superbe, avec des décors splendides, des effets spéciaux plus que corrects et une action qui ne laisse pas vraiment le temps de se poser des questions (et c’est peut-être pas plus mal).


En définitive, Van Helsing est un film d’aventure génial, mais un pur navet question adaptation. En fait, on aurait pu aussi bien renommer tous les personnages avec des noms inventés pour l’occasion. De fait, on aurait saisi les réferences, et ça n’aurait pas ressemblé à un saccage littéraire…