jeudi, mai 25, 2017 10:38

Archive for septembre, 2005

Bzzzzzzzzzzzzzzz…

Jeudi, septembre 29th, 2005
No Gravatar

Aujourd’hui, c’était la rentrée.
Arrivée peinarde devant l’IECA un bon quart d’heure avant l’heure H, je retrouve avec plaisir certaines personnes avec qui je partageais mes TD d’Audiovisuel l’année dernière. On discute un peu, contente de se retrouver, quand même, au milieu des 50 étudiants qu’on est loin de tous connaitre. Et puis on rentre.
Les lieux, on les connait déjà. C’est pas comme si on débarquait en terrain inconnu. Mais pas conquis non plus.
La directrice de l’établissement est la prof la plus adorable et compétence que j’ai eu de toute ma petite vie, je crois. C’est elle qui nous accueille, avec le retard qu’il faut pour qu’on marine un peu. La suite sera deux heures de trucs élémentaires et de défilé de profs.
La routine ? Pas vraiment. Avec un nombre d’heure doublé par rapport à l’année dernière, des montages et un “film” à réaliser, sans compter un mois de stage à dégoter, l’année promet. Ce soir je me sens fatiguée mentalement de tout ce que j’ai incurgité en deux heures, et je me pose plein de questions.
La semaine prochaine, on a des formations en scénario, montage, son, ect. La semaine suivante, relache, avec un long week-end à Lille chez Chéri. Puis, enfin, début des cours.

L’année promet.

World Of Epidemy

Jeudi, septembre 22nd, 2005
No Gravatar

Mouahahahahaha. Je me marre.
A la vue de cette news parue sur JudgeHype, je ne trouve rien d’autre à dire que “lol”, “mdr” ou le classique “ptdr” (qui est mal vu sur les serveurs RP attention).
Enfin, ça me fait rire parce que ça ne m’ai pas arrivé, aussi. Lisez plutot.

Les serveurs US sont depuis quelques jours sous le coup d’un bug assez ennuyant, et il semblerait que les développeurs aient un peu de mal à en venir à bout. Voici la petite histoire.

L’un des monstres de la nouvelle instance Zul’Gurub dispose d’un sort nommé Corrupted Blood faisant 263-337 points de dégâts toutes les 2 secondes. Cette maladie peut passer d’un joueur à un autre si ceux-ci sont suffisamment proches. Jusque-là, rien de bien méchant. Le hic, c’est que certains joueurs ont réussi à transmettre cette maladie dans les cités majeures, lesquelles sont donc la proie d’une véritable épidémie. Vous imaginez aisément le carnage que ce genre de sort peut provoquer dans la banque ou l’AH.

En gros, Blizzard a crée la peste virtuelle, et vas-y maintenant pour l’éradiquer, parce que le patch-vaccin lancé dans l’urgence n’a pas fonctionné. Surement un coup d’un programmateur Islamiste d’Al Quaida qui se serait planqué dans les locaux de Bli-Bli… A quand un mods pour envoyer des lettres à l’antrax ?
En attendant si vous voulez rire un bon coup (Ben oui quoi, ça fait du bien), voici une petite vidéo du carnage.

สุขสันต์วันแม่…^-^

Mardi, septembre 20th, 2005
No Gravatar

Via le blog de Papa Goretta, j’ai découvert un blog plein d’amour et de détresse. Morceau choisi :

อย่ากลับเย็นนักล่ะ เดี๋ยวงุ่นง่านเหงา แล้วจะพาลมีปัญหาทางจิต...เวร ไอ้นี่มันโรคจิตตั้งแต่เอามาเลี้ยงแล้วล่ะ...แมวอะไรชอบเดินถอยหลัง _

Ca fait PEUR.
Aidez cette jeune donzelle d’une autre dimension, poursuivez la chaine de l’amitié débutée chez Klo. Mettez à chaque fois l’adresse du blog sur lequel vous avez trouvée cette chaine, et n’oubliez pas de mentionner l’adresse du blog en detresse.
NOUS POUVONS FAIRE QUELQUE CHOSE ! Alors Lachez vos comm’ !


ของขวัญปีนี้ก็ไม่ได้เตรียม ได้แต่โทร.ไปสุขสันต์วันแม่อย่างเดียวเท่านั้น อกตัญญูจริง ๆ ตู...ปีหน้าแก้ตัวใหม่แล้วกันนะจ๊ะ เด็จแม่ T^T

EDIT :

Seta dit :
en fait, tous le post, c’est un message pour sa maman :x
Seta
dit :
Elle dit qu’en fait aujourd’hui c’est très très calme et qu’il ne se passe rien
Seta
dit :
qu’elle a pris l’avion
Seta
dit :
et qu’elle repensait à la province d’ou elle vient
Seta
dit :
elle regrette que cette année
Seta
dit :
le seul cadeau qu’elle ait pu donner à sa maman
Seta
dit :
c’est un coup de téléphone
Aka dit :
bouh c’est triste
Seta dit :
elle espère que l’année prochaine elle pourra envoyer qqchose
Seta dit :
bah oui xD
Aka dit :
et nous on se fout de sa gueule, ouin

Bon voilà, c’etait pas drole en fait.

Advent Children…

Vendredi, septembre 16th, 2005
No Gravatar

Hier des mois (années ?) d’attente ont été recompensées et j’ai pu voir Final Fantasy 7 : Advent Children sur ma télé, en DVD Rip en attendant la sortie européenne de ce film.
L’attente interminable du téléchargement et du gravage m’a rappelé celle que j’avais vécu 4 ans plus tôt, lors de la sortie de Final Fantasy : The Spirit Whithin, qui m’avait quand même pas mal déçue, mais dont la sortie en DVD avait comblée enormément de lacunes de par sa perfection.
J’espère vraiment que FF7:AC sortira VITE en DVD parce que sincèrement, c’est sublime. Certains critiqueront sans doute le coté un peu obscur du scénario, mais pour le coup il est évident que Square a préféré l’action à une trop grande réflexion et quelque par, c’est tant mieux. En un mot, c’est MONSTRUEUX.
Esthétiquement parfait, d’une fluidité magistrale, on croirait parfois regarder un film live tant les personnages sont physiquement parfaits. J’avais été bluffée par la qualité visuelle de FF:TSW, par les cinématiques de FFX et FFX-2, par celles de FFXI, mais là on frole vraiment l’apothéose.
Les scénes de combat sont sublimes, avec des effets Bullet Time à la Matrix, les personnages défient l’apesanteur façon Tigre et Dragon, le tout dans les décors et lieux mythiques de FF7. On retrouve tous les personnages jouables du jeu (j’ai bien dis TOUS) et de très très gros clins d’oeil pour les fans (guettez par exemple l’apparition de la sonnerie de portable de Loz et remettez-là dans le contexte…).
D’un point de vue purement cinématographique, on trouve quelques scènes qui rentreront sans doute dans les mémoires de par leur construction et surtout de par leur lyrisme. Personnellement j’en retiendrais surtout une, très courte (SPOILER), celle où Clad tente de se retourner pour voir le visage d’Aeris, image à la fois sublime et triste, témoignant de l’impuissance de Clad face à ses désirs et à ses doutes, ainsi que de la douceur et de la gentilesse d’Aeris, qui, immatérielle, n’en reste pas moins immortelle dans les esprits, que ce soit chez Clad ou bien chez le spectateur…
Alors, on la voit ou on la voit pas ? Vous le saurez en regardant ce film qui, même s’il n’est pas forcément indispensable d’un point de vue scénaristique, se trouve être pour moi la plus grosse claque visuelle de l’année…

Starway to heaven

Mercredi, septembre 14th, 2005
No Gravatar

WAOUH

Voili voilou.
BONHEUR !
J’ai du mal à me dire que voilà, c’est bon… Et pourtant c’est le cas.
Maintenant va falloir se montrer à la hauteur, se faire une place pour aller loin. Aujourd’hui j’ai l’impression que je suis capable de tout pour y arriver.
Et la seconde bonne nouvelle c’est que je rentre plus tôt à Nancy ! Yattaaaaa !

L.N.A.

Mardi, septembre 13th, 2005
No Gravatar

Aujourd’hui, je suis tombée en panne.
Enfin, pas moi, ma voiture, une L.N.A. de 82 qui vit bien son âge mais qui sait aussi, comme toutes les vieilles, se plaindre.
Déjà, je pars à la bourre pour aller chercher mon frère au lycée. Je me dis c’est pas grave, il m’attendra 2 minutes. Seulement, au feu le plus stratégique de mon trajet (à savoir celui qui draine le plus de monde en heure de pointe), la voiture commence à faire des “sacades” sur la route, de plus en plus, jusqu’à ce que je m’arrete au dit feu. Quand il repasse au vert, je passe la première et là, je cale. Je redemarre. Je recale. Coups de klaxons. Je mets les warnings. Panique. Je bloque tout le monde, en plus des caisses arrivent en face, génial.
J’appelle mon père, totalement paniquée, pour lui expliquer la situation. Heureusement qu’il est à la maison. Soudain me vient une idée : Je vais descendre pousser ! Quelqu’un viendra bien m’aider.
Total j’ai poussé, seule, la voiture sur 15 mètres pour la faire rentrer dans un parking. J’ai récolté des coups de klaxons de toute la rue, mais personne, je dis bien PERSONNE, n’est venu m’aider.
J’ai fais tout ce que j’ai pu pour diriger la voiture, et je me suis fait mal au dos. Un type m’a regardé, amorphe, me dévisageant alors que j’avais les larmes aux yeux : Jamais de ma vie je n’aurais pu imaginer ça. Ce soir, je ne suis pas déçue par la mentalité d’ici, parce que je la connaissais déjà, mais je suis en colère. En colère d’avoir pu constater une telle incivilité. En colère aussi contre moi-même, car malgré mon caractère je me suis retenue de souligner cette colère.
Tout ça peut vous paraitre confus, mais je devais le dire. Auxerre. Cette ville m’insupporte, me rends dingue et je la deteste. J’ai senti plus de chaleur et de gentilesse auprès des Nancéens le week-end dernier que j’en ai senti en près de 4 mois en Bourgogne.
J’en ai ras-le-bol d’etre cloitrée dans ce trou. Vivement la rentrée…

Au final, la bagnole, c’etait une bougie qui pêtait un câble en direct. Voilà.

Ne vous engagez pas sur les VOIES.

Dimanche, septembre 11th, 2005
No Gravatar

Pouet !
Je dois faire gaffe. Si je continue a pondre de longues notes, ce blog va devenir chiant.
Je vais donc AERER cette note. Oui oui. Vous avez bien lu.

Je vais donc vous raconter mon week-end et d’autres trucs avec des photos qui n’ont rien à voir avec ledit week-end. Vous allez voir ça va etre interessant.
Ca va être mi-Hellblog, mi-skyblog.

Ce week-end donc, je suis allé avec Link à Nancy pour voir comment se portait mon cher petit appartement. Sofy m’avait dit qu’elle avait mis pas mal de ses affaires dedans, et que c’était un peu le bordel. Par conséquent quand je suis rentrée pour la première fois dans mon appart depuis 3 mois, quelle ne fut pas ma stupeur

hihi
Sa cé Arno ki dore la bouch ouvairte ! Hihi Arno té tro bo com sa ! J’te kiff tro té tro mon pote !

de constater que c’était effectivement le bordel. Mais pour le coup c’était pas le mien mais celui de Sofy. On a tout entassé dans le placard, j’étais un peu enervée quand même, mais bon, j’avais faim (il etait environ 14h20. Le flux du temps est une rivière incontrôlable.) donc mon enervement est vite passé.
Nous avons fuit vers la gare pour manger un sandwich américain. Sur le chemin Link a imaginé une parodie de chanson et du coup on a chanté comme des niais, les gens nous mattaient

huhu
Sa cé kan ont a tournai le ruisso dé morvivan, prè 2 la riviaire. Kikoo lol lé zami j’vous kiff tousse !

mais mon frère et moi nous sommes des artistes voyez-vous. Hum. Sinon le ricain était très bon, comme d’hab.
Ensuite on est allé dans un magasin de musique où mon frère a eu la folie passagère de se payer ça. 333€ avec la prise alim’ et une jak. Mais ça tue.
Ensuite on a zoné. Un nouveau magasin de manga a ouvert, et selon Bruce (“mascotte” d’Anim’Est un peu quand même) je connaissais le responsable. Un petit peu ouais, et ça surement devenir un bon ami, comme je vais pas mal fréquenter sa boutique

haha
La cé la ranconttre 2 ma life : madame 2 fontenai ! té mon nidol madam ! en + y a link et fifi sur la tof trop bi1 ! j’vous kiff !

Après, Hall du Livre, Fnac, Parenthèse, un petit coup de soda au Mc Do, et on est rentré claqué, d’ailleurs on a beaucoup claqué aussi niveau fric, mais faut le dire, CA FAIT DU BIEN. J’ai acheté les 4 Hana Kimi sorti (Bon dieu que c’est niais ! Putain que j’aime ça ! Hihi) et les 2 premiers FMA. Et puis une édition de poche de La Guerre des Mondes histoire de patienter jusqu’au 1e octobre pour lire mon pote Harry. Link s’est enfin acheté Diablo II avec l’extension pour jouer sur Battle.net, et quelques manga.

hyhy
Enkor Arno mé la avek le celaibre menue du buchron de niglolande ! ta tro la class jte kiff té mon maileure hami !! :D

On est rentré HS, Link a gratté un peu pendant que j’ai installé ma connexion internet sur mon nouveau PC. Miracle ! Non seulement France Telecom a réouvert ma ligne malgré une “panne informatique” chez eux, mais en plus ma ligne ADSL fonctionne nickel. Heureuse la fille.
On a mangé tranquillou et on a reprit la voiture pour se faire quelques parties de DDR et de House of the Dead III à la salle d’arcade de Nancy. Puis une petite mousse dans un petit bar cool où le mec a servi de la bière à mon bro alors qu’il est mineur. Je l’ai bien charrié après, eheh
On est rentré claqué. Douche, un petit manga et dodooooooooo !

hoho
A Niglolande avek Seta Link et Arno mé cé lui ki prendai la foto donk il é pas desu :( moi ge sui devan tro bi1 !

On est parti vers 13h ce matin, après un passage express chez Fifi pour recuperer des papiers de bourse. On s’est tapé de la flotte sur TOUT le trajet. Merveilleux.
Ce que j’adore en roulant, c’est mettre un CD à fond dans la voiture et chanter comme une conne, au volant. On s’est fait, entre autre, du Rammstein et du Nirvana, et on a écouté les Little Green Fairy, les Hatepinks et Bomb Factory, avec en bonus les OST de Kill Bill. On a retrouvé un CD de techno dans la bagnole qui visiblement, appartient à un Arno qui doit l’avoir oublié depuis l’épisode Nigloland.

Voilà voilà ! Vous savez tout. On est rentré dans l’aprem, un peu kaput, mais ce fut chouette. Maintenant mon frère fait 2 fois plus de bruit dans sa chambre, avec sa guitare, et donc je lui gueule après 2 fois plus aussi. Mais tout ça, dans le fond, va terriblement me manquer quand je vais retrouver mon petit appart, à la fin du mois.
Jolies les photos, nan ?

EDIT : Ah ouais, du coup, j’ai oublié de dire que le jeu de Klo “la Soubrette” dont je parlais dans la note précédente etait disponible sur La guilde des Morts-Vivants, c’est à dire .
Bon du coup la chute (primordiale) de ma note est foutue mais bon, voilà quoi, c’est tellement un bon jeu que fallait que je le dise. pouêt.

Insomnie.

Samedi, septembre 10th, 2005
No Gravatar

Voici, une fois n’est pas coutume, une note nocturne.
J’arrive pas à dormir. J’ai pas mal de trucs en tête en ce moment, des idées qui fusent d’un peu tous les cotés, le stress de l’attente de l’IECA, j’en passe et des meilleurs.
J’ai envie de faire tellement de trucs, d’apprendre tellement de choses, de créer, de developper mes idées, de concrétiser mon imaginaire, que ça m’épuise. Mais paradoxalement, ça m’obsède tellement que je suis incapable de dormir.
Si je devais faire un listing de ce que je voudrais concretiser, j’aurais du mal à m’arreter. Je sais que pour la plupart des choses c’est difficilement réalisable, et ça me frustre au plus haut point.
Ce soir, j’ai joué à un petit jeu réalisé par Klo, dédié à notre court-métrage Le Ruisseau des Morts-Vivants. Je suis bluffée, d’abord par le jeu lui-même qui est quand même super bien conçu, mais ce qui m’épate d’autre par c’est l’engouement qu’un tel projet, décidé à l’arrache, a pu faire naître chez certains de ces participants. Rien au monde ne pourrait me faire plus plaisir que de voir des gens (qui plus est des amis) éprouver un attachement pour quelque chose sorti d’une idée, lancée comme ça, un soir de printemps, alors qu’on s’emmerde un peu pendant les révisions de partiels.

Là se pose la question suivante : Comment sentir si l’engouement sera présent, ou pas ? Dans la plupart des cas je m’interroge. Du coup, je me demande si c’est vraiment pour moi que je le fais. Quand l’idée devient si forte qu’elle frise l’obsession, pense-t-on a l’idée elle-même ou ce qui pourrait en découler ? Je me dis parfois que ça ne vaut pas le coup d’aller plus loin. Ou qu’au contraire, c’est potentiellement dangereux d’aller trop loin, de trop s’investir, de trop creuser. Il y a quelque chose de dévorant dans les idées. Je me demande souvent comment “exorciser” tel ou tel élement, faire un dessin, ecrire une, deux, quinze pages. Froisser, effacer et recommencer, pour finalement n’aboutir à rien. Alors l’idée reste là, stagnante, et d’autres elements s’y ajoutent, lui faisant prendre de l’ampleur. Des personnages naissent, vivent et parfois meurent dans ma tête en ayant eu des vies incroyables. Mais en définitive, aucun d’eux ne semble vouloir sortir de ma tête. Comme si ces êtres immatériels n’étaient que de petites parties de moi, des parties désireuses d’entreprendre, tout en ne quittant pas les frontières de l’imaginaire.
Je serais vraiment triste que ça ne sorte pas un jour. Mais je les aime trop pour les forcer…

Odyssée.

Dimanche, septembre 4th, 2005
No Gravatar

En ce moment j’écris peu, non pas parce que je n’ai rien à raconter (on trouve toujours un truc quand on veut) mais simplement parce que j’ai pas vraiment envie d’écrire. Ca m’arrive rarement pourtant de pas avoir envie de “parler” mais quand c’est le cas je frole le mutisme, je m’enferme un peu dans une coquille et j’attends que ça se passe.

Vendredi matin, je suis allée à la Polyclinique pour une petite opération chirurgicale, à savoir l’abblation de 2 kystes sébacés dans le cuir chevelu. Je flippais un max, on m’avait dit que j’aurais mal et qu’en plus ça reviendrait de toute façon. Les gens qui soient parlent de pseudo-experience ou bien de pseudo-connaissances en médecine sont vraiment cons, des fois.
Bref.
Mon père m’a emmené (“hors de question que tu y ailles seule” avait dit ma maman) une bonne demi-heure avant pour qu’on ai le temps de remplir d’hypothétiques papiers. Quand on est arrivé là bas j’ai eu l’impression que tout le monde m’attendait.
“Bonjour, je viens voir le docteur G. pour… – C’est Audrey, c’est ça ?
-Euh, oui…”
J’aime pas vraiment qu’on m’appelle par mon prénom sous prétexte que mon père m’accompagne. Remarquez j’aime pas non plus qu’on m’appelle “Madame”...

J’ai rempli de la paperasse pour la sécu, la mutuelle, puis on nous a dirigé vers une salle d’attente. En l’espace de 5 minutes, j’ai vu 2 patients passer sur des brancards, se dirigeant en salle de reveil. Chouette. Au bout d’un petit moment, une infirmière, très très sympathique (assez rare pour etre souligné) est venue avec une tenue bleue très moche, me priant de la passer dans la cabine d’essayage.
Pour 2 kystes je me suis retrouvée en tenue d’hopital, avec une charlotte sur la tête et des chaussons-sac plastique, sous l’oeil hilare de mon père a qui j’ai jeté un regard mi-noir, mi-desespéré quand l’infirmière m’a emmenée au bloc; Là je me suis allongée sur le billard d’orthopédie (oui parce que bon, tous les blocs sont pas pareils, je dis ça pour ceux qui ne sauraient pas), j’ai été protégée de partout par des draps bleus, l’infirmière a commencé à déballer un bordel pas possible des tiroirs… Pour DEUX Kystes, je me répètais. Qu’est ce que ça doit etre pour une appendicite, bordel !
“Il faut qu’on attende le médecin”
Si vous connaissez un médecin ponctuel, présentez-le moi. Mon nez me grattait. Impossible de me gratter, j’ai les bras sous les “draps”. Dans une pièce à coté, une bruit de scie electrique se fait entendre. Rassurant. L’infirmière me demande si ça va. Bien sûr voyons. Elle me demande si elle peut s’absenter quelques instants, je dis oui. J’en profite bien sûr pour me gratter le nez. Pile au moment ou le médecin arrive.
A partir de là, c’est rapide. J’avais la trouille qu’il m’enleve une grosse touffe de cheveux pour operer, mais chirurgien esthetique aidant, il est très méticuleux et n’enleve que le nécessaire. Il me demande celui qui me gène le plus.
“Celui au sommet du crâne, il est enorme et il se voit… – D’accord, je vais déjà faire celui-là.”
Seringue.
“Ca va faire assez mal. – Je sais.”
Une injection d’anesthésiant, où qu’elle soit, ne fera jamais aussi mal que dans un orteil avec un ongle incarné. C’est un fait qu’après toutes mes expériences hospitalières, je ne peux qu’affirmer haut et fort.
La suite, j’avoue, j’ai rien senti. Lorsque le doc m’a dit “il est parti”, j’ai poussé un soupir de soulagement, au moins jusqu’à ce qu’il commence à me recoudre. Là j’ai quand même pas mal senti, son aiguille qui me frolait le crâne. Aïe.
Mais il n’a pas enlevé le second, jugé trop petit. Trop de risque que ça revienne, en fait. Je me suis dit que finalement ce n’était pas plus mal. C’était vraiment le cas, car quand l’endroit endormi s’est réveillé, j’ai remercié ce sympathique (mais pas très ponctuel) docteur G.

Aujourd’hui j’ai la sensation étrange que la frontière entre le plafond et mon crâne n’a jamais été aussi fine. 8 points de suture, du sang plein le cuir chevelu et l’interdiction de me laver les cheveux avant mardi, c’est dégueulasse quand même.

Si ça se trouve c’etait la bosse des maths… Bof, pas une grosse perte.