jeudi, mai 25, 2017 10:40

Archive for décembre, 2005

Fureur

Samedi, décembre 31st, 2005
No Gravatar

Je devais scanner un truc pour cette dernière note de l’année, mais le scanner parental déconne, du coup… Bah rien.
Les vacances seront passées ultra vite et finalement à par bosser mes cours je n’aurais pas fait grand chose. Comme quoi la vie change, et même si c’est parfois chiant que les choses bougent autant si rapidement, c’est quelque par rassurant de voir qu’on ne stagne pas
En attendant, je vous propose de finir l’année avec Elisha Cuthbert (alias Kim Baurer, alias ZE BLONDE) qui pour l’occasion s’est deguisée en Hermione Granger :

*”Il parait que j’étais pas crédible en première de la classe, hihihihihihi”*

Vous moquez pas d’elle, elle risquerait d’appeler son papa.

Les gorilles préfèrent les blondes.

Mercredi, décembre 28th, 2005
No Gravatar

Ce n’est pas la petite surprise d’entre-fête, mais juste une petite critique parmi tant d’autres sur un film qui, entre éloges multiples et grandes espérances, me laisse un gout amer.

Je suis ce soir allé voir King Kong, celui de Jackson, que tout le monde gratifie du mot merveilleux, sans nul doute le même que celui de Ann dans le film. Certes, ce film est bel et bien une prouesse technique, qui nous en colle plein les mirettes pendant 3h, justifiant au passage le prix du billet. Chouette.
Mais qu’est-ce d’autre que ça ?

Rafraichissons-nous d’abord la mémoire. King Kong, l’original de 1933, c’est avant tout l’histoire de Carl Denham, un réalisateur con, cupide et arriviste, bref tout pour plaire, qui embarque tout un équipage et tout une équipe de tournage sur un bateau pour aller tourner un nanar sur une ile vierge. Avant de partir, il fait un casting sauvage dans les rues de New York, en pleine crise économique, et tombe sur une actrice blonde au chômage qui vole des pommes pour survivre. Le capitaine du bateau, un certain Jack Driscoll, voit d’un mauvais oeil ce voyage, surtout avec une femme à bord. Mais comme il faut bien une romance, il finira par en tomber amoureux, et quand sa chère Ann sera offerte à l’imposant Kong comme “fiancée” par les chaleureux otoctones de ce territoire vierge, il volera à son secours, pendant que sa chérie blonde fera copain – copine avec la bête à poils (Encore une blonde qui se fourre dans la merde, on connait désormais la mère de Kim Bauer).
Je vous passe le retour à New York, l’Empire State Bulding… Tout le monde connait.

Il y a chez Peter Jackson une volonté sincère et affirmée de rendre hommage à cette référence qu’est le King Kong de Cooper : Enormément de scènes en sont directement tirées, comme celle où Ann vole une pomme ou bien lorsque Kong tue le dernier T-Rex. On trouve aussi une référence au proverbe donné en carton dans la première version, et, clin d’oeil subtile, la scène que tourne Denham sur le pont, avec Ann et Baxter, est une mise en abyme d’une des scènes du film de 33 où Ann discute avec Driscoll (dans la version de Jackson, Driscoll n’est plus le capitaine, mais le scénariste du film. La finalité reste cependant la même.). Jackson est clairement un fan du film, et le fait qu’il traine ce projet de remake depuis le début de sa carrière en est une preuve de plus.
Mais en considérant que Jackson reprenne la matière du premier film, son intrigue, ses thèmes, voire certaines de ses scènes, on se demande comment, à partir d’un film qui dure environ 1h20, on se retrouve au final avec un remake de 3h.
La réponse est simple. Comme il l’a montré avec Le Seigneur des Anneaux, Peter Jackson est un réalisateur qui voit grand. Trop grand, surement. Conscient des outils qu’il a à sa disposition, Jackson en rajoute une couche, puis une autre, offrant certes du spectacle, mais transformant petit à petit une histoire simple et touchante en une succession de scènes d’une incroyable ventardise, qui, si elles en mettent plein les mirettes, sont totalement inutiles. Et hop, une scène avec pleins d’insectes, ça sert à rien à par montrer un peu plus de sang, mais bon. Un T-Rex ? Noooon, on en met 3 ou 4 avec une baston énorme de 20 minutes, on a les moyens. Sur la fin, on voit Kong qui s’amuse sur la glace avec Ann (Noami Watts, qui a de belles quenottes et les montre, surtout les deux de devant) en plein milieu d’une ville censée être paniquée à mort, mais non, rien. La seule façon d’humaniser une créature sauvage dans un univers hostile semble être de l’emmener à la patinoire… Pourtant, en 33 on avait pas d’ordinateur, mais la fin était aussi touchante, voire plus. Allez savoir.
Le reproche n’est pas que Jackson utilise les effets spéciaux dans son film, à notre époque c’est normal. Le problème, c’est qu’il en abuse, rallonge le film à coup de prouesse, alors que le message de l’histoire ne se trouve, à la base, absolument pas dans le déballage de curiosités qu’on peut trouver dans Skull Island, mais dans les relations entre les personnages. Et si elles sont présentes, les scènes qui en traitent sont très souvent prises à la légère ou zappées par des scènes d’action. Ce que le film gagne en prouesse et en action, il le perd en crédibilité humaine. Dommage, parce que les acteurs y croient, Watts donne tout ce qu’elle a et Jack Black, qui incarne Denham, est nickel. Mais malheureusement, comme dans beaucoup de films aujourd’hui, les acteurs sont bien peu de choses face au virtuel.

En définitive, pour moi ce film ne prouve qu’une chose : Les effets spéciaux ne font pas un bon film, pire même, ils peuvent dénaturer une histoire.

J-2

Vendredi, décembre 23rd, 2005
No Gravatar

Han.
L’épisode 9 de la saison 2 de Cold Case, intitulé Chasseur de têtes est de loin le meilleur que j’ai vu jusqu’ici. Le personnage de Lily Rush m’impressionne, m’attire et m’envoute de plus en plus, à mesure que le mystère qui l’entoure s’épaissit. Je savoure de plus en plus cette série policière d’exception.
Je n’ai pas encore eu l’occasion de le dire, mais merci Fifi pour m’avoir fait un sympathique cadeau avant l’heure.

Il s’agit d’un Comics de Xena édité par Dark Horse il y a quelques années, et loin d’être fastoche à trouver. J’ai prit énormement de plaisir à le lire et maintenant j’ai vraiment envie de connaitre la suite de l’histoire :P (Ouais, c’est en 3 volumes).
Sur ce, je vous souhaite à tous un heureux reveillon et un très joyeux Noël, et normalement, il y aura une petite surprise dans la prochaine note… Poutoux !

Prison Break

Mardi, décembre 20th, 2005
No Gravatar

Ce 101e billet pour vous rassurer, je ne suis pas allée en taule. On a portant croisé des flics à plusieurs reprises, mais ils n’ont rien dit et étaient plutot amusés pour ce qu’il se passait sous leurs yeux. En quelques heures, les espaces publics de la ville ont été retapissés avec du papier peint kitchissime, pour apporter un peu d’interieur à l’extérieur et rendre la rue aux gens à qui, selon eux, elle appartient.
Bref, on peut être d’accord avec eux, ou pas. Beaucoup de gens n’ont pas compris le but de cette action mais ce qui est sur c’est que le lendemain tout le monde se demandait ce qui s’etait passé.
Pour ma part, j’ai passé une grande partie du week end avec Karo et Claire, des amies de l’IECA, pour suivre et filmer ce petit groupe de joyeux lurons. On a peu dormi et dire qu’on aurait abusé du vin chaud serait vraiment un faible mot.
Bref, dimanche après midi j’avais la tronche de travers, des valoches sous les yeux et l’envie de tout sauf, justement, de la faire, ma valoche.
Finalement, je me retrouve maintenant à Auxerre pour les vacances. C’est pas la prison, mais presque puisqu’en plus d’un temps pourri 10 fois plus humide que dans l’Est, je suis cloitrée sans pouvoir aller nulle part où il y aurait un truc bien à faire. Bref la lose.
Je me mettrais à bosser demain, pour la peine je vais aller me matter quelques épisodes de Cold Case, saison 2, en bouffant une clémentine.
Comme en taule, quoi :P

Au fait, j’ai quelques soucis avec MSN en ce moment, alors pour ceux qui tenteraient de me parler, vous étonnez pas si je ne réponds pas… :/

Bloody Sunday

Samedi, décembre 17th, 2005
No Gravatar

Aka Granger: je me demande jusqu’a quand ça va durer ce soir
Aka Granger: ils vont pas tout retapisser quand meme
Karoline: je ne pense pas trop longtemps
Karoline: jusqu’à ce que les flics arrivent ;)
Aka Granger: mdr
Karoline: mais c vrai!!
Aka Granger: rigole pas trop, on risque de se faire embarquer aussi :P
Karoline: c ce q disait mon père
Aka Granger: on fetera Noel à la prison sous le sapin
Karoline: mdr
Karoline: ca tombe bien, j’ai déjà fait ma valise pour noel

Aujourd’hui, cette nuit et demain, tournage qui promet…

Cold Case Files.

Lundi, décembre 12th, 2005
No Gravatar

Ce que j’ai fait toute l’après midi m’a hérissé le poil. Pourtant j’en ai peu (de poils) mais ça n’a rien à voir.
En face de l’IECA il y a le centre Lorrain de l’Image, dont j’ai encore oublié le nom exact, mais ça aussi ça n’a rien à voir.
Je m’y suis rendue à l’ouverture, avec une amie, pour faire des recherches en vue d’un dossier sur un scénariste, Veber dans mon cas. Ca aussi on s’en fout.
Le truc affreux que j’ai constaté en arrivant, c’est que pour déterminer dans quelles revues les films qui m’interessaient avaient été traités, je devais me plonger dans des index gros comme une encyclopédie Larousse en 12 volumes. Chaque index étant aussi gros qu’une encyclopédie entière, ou presque.
Incroyable. Tous ces gros pavés alignés sur des étagères, portant des noms de revues disparues aujourd’hui, comme Starfix, me rappelle un bref instant les boites qu’ouvre l’inspecteur Rush dans la série Cold Case. Mais ça aussi, ça n’a rien à voir.

J’ai mis plus de 2h a trouver ce que je cherchais dans les index, et par la suite j’ai découvert que la consultation des revues se faisait une par une, à savoir qu’il fallait rendre la revue consultée pour en consulter une autre. Du coup, impossible d’effectuer une comparaison entre deux articles, à moins de faire une photocopie de chaque. Par le biais d’une photocopieuse à carte, et qu’il faut payer auprès du documentaliste…
Le centre fermant à 18h, à partir de 17h30, on nous a refusé l’accès aux documents sous pretexte qu’il fallait ensuite les reclasser et que ces choses-là prenant du temps, ça faisait déborder sur l’horaire qui n’était sans doute plus payé.

Ce qui me choque dans cette situation, ce n’est pas autant le fait que des archives remontant aux années 40 n’aient jamais vu un ordinateur, même s’il ne serait pas si compliqué que ça d’informatiser presque 70 ans d’archives sur le cinéma (en plus ça crééraient des emplois supplémentaires), non, ce qui me choque vraiment, c’est le chantage sous-entendu qu’on nous fait. “Vous perdez pas mal de temps à chercher, alors n’en perdez pas plus, photocopiez donc !” après tout la carte ne coute que 2,20€ pour 15 photocopies, soit 15cts la pièce alors que le copiste du coin de la rue les proposes à 4cts. Seulement, comme on a pas le droit de sortir les documents même pour 5 minutes, c’est une véritable prise d’otage de l’étudiant moyen, qui, comme moi sans doute, fini ses mois avec des paquets de nouilles qui valent 3 fois moins cher qu’une carte 15 photocopies. Mais l’étudiant n’a qu’a subir, car il sait qu’il ne trouvera ces docs qu’ici et que vu le temps qu’il a passé a chercher, il n’a même pas le temps necessaire pour recopier, même l’essentiel.
On le foutra dehors 15 minutes avant la fermeture du bâtiment en l’invitant à revenir terminer un autre jour où le centre sera ouvert, ce qui avouons-le est assez anecdotique.
Pas besoin de conclusion je crois, tout est dit. Ca ne pousse pas à approfondir une recherche et de toute façon, on nous laisse pas vraiment le temps de nous passionner pour le sujet qu’il est déjà l’heure de fermer. Bref.

Hormis ce petit coup d’gueule, je vous informe que j’ai mis à jour la radio du blog et qu’à partir de maintenant jusqu’a une période indeterminée, vous y trouverez des openings de séries US que j’aime bien (à part Charmed mais je dédie la chanson à ma maman qui lira jamais ce blog de toute manière).
Wanadoo vous embrasse, mes amis.

Spam dans ta gueule !

Dimanche, décembre 11th, 2005
No Gravatar

Me voilà rentrée de quelques heures de tournage au Labo DTF où nous avons filmé les membres du collectif en train de donner les motivations publiques de l’action qu’il vont mener le week-end prochain, durant la nuit de samedi à dimanche, et dont je n’ai pas le droit de parler pour le moment. Ce qui est clair c’est que nous serons sur place pour filmer la totalité de cet évènement nocture qui promet d’être gravement allumé et qui risque d’étonner pas mal de nancéens durant leur balade diminicale pré-N031. Donc si vous êtes sur Nancy dimanche prochain je ne serais vous recommander d’aller faire un tour au centre ville… Bref.
J’ai fait la moitié de mon dossier d’esthétique (qui concerne d’ailleurs ce dont je parle dans le paragraphe au-dessus) et j’attends toujours de façon desespéré le debriefing d’Anim’Est pour exposer certaines idées à mettre en place pour l’année prochaine. Compte tenu de mon emploi du temps de cette dernière semaine avant Noel (qui risque de se résumer à terminer ce dossier et acheter les cadeaux de Noel qui manquent avec un budget minimal) cette réunion risque de passer à la trappe. On se souhaitera la bonne année à la rentrée, donc !
Pour ce qui est du “totalement autre chose” que j’aurais voulu aborder ici, il s’avère qu’une certaine Aka a posté mot pour mot ce que je voulais dire sur Porn Me Crazy. Allez-y donc, ce blog est assez rarement mis à jour pour que ça soit souligné ! En plus c’est fichtrement drôlatique. Comme quoi la skyzophrénie développe le sens de l’humour. DUCRE !

*Joie*

Mercredi, décembre 7th, 2005
No Gravatar

Depuis le début de la semaine, je me trouve dans une semi-euphorie qui me fait du bien.
Je sais pas trop pourquoi je suis de si bonne humeur compte tenu de toute la masse de travail qui me pèse encore dessus et la perspective des vacances qui vont se résumer à réviser, à visionner des films pour terminer des dossiers et à faire, comme tous les ans, une bonne crise de foie.
J’ai certes terminé une dissertation hyper balèze hier, mais il me faut encore la recopier (3 copies doubles de bonheur) et me mettre à taper un dossier sur un projet de reportage avec un déroulé visuel archi-complet si je veux une bonne note (pour info, un déroulé visuel c’est une sorte de storyboard écrit dans lequel on détaille la mise en scène. C’est beaucoup plus difficile d’en faire un correct en documentaire puisque contrairement à la fiction, on ne peut pas diriger les intervenants). Le pire dans ce projet c’est qu’on va être contraint de filmer avant que le dossier soit accepté, ce qui signifie que si le dossier est refusé on aura preparé toute la matière pour rien…
Je dois aussi (enfin) allez me documenter pour un dossier sur les Grands Scénaristes de Qualité Française, tout un programme. Tout ça avant les vacances de Noel bien entendu.
Malgré ça, j’affiche fièrement un sourire soutenu tout au long de la journée, je positive à fond et je me permet même de glander indécemment dans ma baignoire en mattant des épisodes d’une série douteuse mais pour laquelle j’ai désormais une addiction prononcée.
D’habitude c’est le genre de truc que je me dis quand je déprime, mais là faudrait quand même que je me reprenne, mine de rien.

Hier je suis allée au Don du Sang à la Fac de Lettres. Ils nous ont mobilisé sur l’importance du don de plasma, surtout pour certains groupes sanguins, dont le mien, A+. J’ai donc décidé de faire un don de plasma. Seulement quand le médecin a parcouru mon questionnaire, il a déchanté quand il a vu que j’avais coché la case “Asthme”. Je lui ai dit que quand j’avais 8-9 ans, j’avais fait quelques crises d’asthme à cause d’une allergie aux acariens, soignée depuis. Il m’a expliqué que l’été dernier, il y avait eu un accident et qu’un donneur de plasma etait mort d’une crise d’asthme pour des raisons qui m’ont échappées. Mais le fait est que maintenant, les personnes qui ont fait de l’asthme par le passé peuvent plus donner de plasma. J’ai trouvé ça absurde ! 2 minutes avant on nous mobilisait pour donner du plasma, et maintenant on refuse le mien parce qu’il y a 12 ans j’ai fait quelques petites crises, même pas grave. “C’est vraiment stupide” ai-je dit au médecin. “C’est le mot” m’a-t-il répondu.
J’ai quand même donné mon sang, mais c’était pas pareil, j’avais l’impression de mon action avait été totalement anéantie. Des milions de gens pourraient donner mais ne le font pas, et ceux qui veulent en sont empêché à cause d’un cas extrême qui paralyse tout. C’est trop con.
Voilà, c’était mon coup de gueule du jour. La prochaine fois se sera totalement d’autre chose que je parlerais :D