mardi, juillet 16, 2024 15:14

Archive for novembre, 2003

Kill Bill fracasse Matrix Revolution !

Vendredi, novembre 28th, 2003
No Gravatar

Hier, j’ai été voir Kill Bill, et je vous raconte pas la claque que je me suis prise !

Une merveille, ce film ! Uma Thurman est vraiment excellente, tout comme Lucy Liu et compagnie… J’ai trouvé excellent le rôle tenu par Chiaki Kuriyama, alias Gogo dans le film, qui est un clin d’oeil parfait à son rôle dans le film Battle Royale. Vivement le printemps, qu’on voit enfin la tête de Bill (David Caradine) ! En plus, le volume 1 s’achève vraiment très brutalement.

Esthetiquement parlant, ce film est réellement sublime, ce qui n’est pas une grosse surprise car Tarantino est vraiment un metteur en scène de génie. Mention spéciale à la scène de sabre dans le restaurant, où l’action passe de la couleur au noir & blanc : on se croirait réellement dans un vieux film de sabre japonais.

Quand à la B.O, c’est réellement une merveille, le choix des thèmes est totalement dans l’esprit, à la fois violent et décalé de l’action ( cf. la musique lors du combat entre Uma Thurman & Lucy Liu) . Je pense que je vais la mettre sur ma liste de Noël :D

Nann, serieusement, Kill Bill volume 1 est un vrai bijou, qui remonte mon estime du cinéma d’action americain après cette merde de Matrix Revolution…

Harry, la Fnac et moi

Vendredi, novembre 28th, 2003
No Gravatar

Je suis une très, très grande fan de Harry Potter. Je suis aussi un navet en anglais.

C’est pourquoi j’attend savec une impatience grandissante et non dissimulée la sortie du 5eme tome en Français, prévue pour mercredi prochain.

Seulement, un evenement innatendu a boulversé ma vision de la semaine : Un petit passage à la Fnac, mardi dernier, m’a fait découvrir que la Fnac de Nancy ouvrirait ses portes le mardi 2 décembre, de 0h00 à 1h00 du matin…Pour permettre au fan d’acceder à la première heure du mercredi au livre tant convoité.

Comble de l’inutilité : Ca ne sert pas à grand chose d’aller acheter le bouquin à minuit, puisqu’il y a peu de chance que la lecture commence à ce moment là, tant les conditions sont mauvaises (sommeil, cours le lendemain…). Pourtant, j’y serais. Ne me demandez pas pourquoi, je serais incapable de vous repondre un truc intelligent : La seule chose qui me motive c’est d’avoir le volume tant attendu depuis 3 ans entre les mains, et participer à l’hystérie collective de cette action symbolique, signe d’allégeance totale envers un gosse imaginaire de 15 ans qui fait de la magie, et envers une écrivain de génie plus riche que la reine d’Angleterre.

J’ai beau avoir 19 ans, je ne peux pas m’empêche d’etre heureuse comme une gosse de 12 ans à l’idée de retrouver mes magiciens préférés. Et je crois qu’inconsciemment, je souhaite de tout coeur ne jamais perdre cet état d’esprit…

Harryyyyyyyyyyyyyyyy

Dimanche, novembre 23rd, 2003
No Gravatar

Comme chacun sait, je suis une fan inconditionnelle de Harry Potter. Et alors que je sens en moi monter une joie indescriptible à l’approche du 6 décembre, date de sortie du cinquième tome, voilà que les premières belles photos du troisième film, adaptation de “Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban” commencent à pointer le bout de leur nez….

Je trouve que notre jeune trio a bien grandi depuis le premier épisode… Ron ressemble un peu au tennisman Boris Becker ! MDR !

Les farces pourries, c’est tellement sympa :)

Dimanche, novembre 23rd, 2003
No Gravatar

Ayah dit :


tu compte faire quoi après tes études comme job?


Aeris dit :


chercheuse


Ayah dit :


chercheuse de quoi?


Aeris dit :


d’emploi


Ayah dit :


ah lolol


Aeris dit :


looooooooool




Ah, ben ça, quand on me tend des perches pareilles, je peux pas les refuser !


Grosses bises à Ayah au passage, et merci pour tout ce qu’elle fait pour moi ;)

Rumeurs, Morales & Alligators

Vendredi, novembre 21st, 2003
No Gravatar

Franchement, y a des cours à la Fac qui me font triper plus que d’autres. Bien sûr, je ne parle pas des cours que j’aime particulièrement, comme l’histoire du cinéma, la littérature fantastique ou encore la lecture de film (3 cours que j’adore), mais les cours “normaux”, voire chiants, qui se transforment pendant une heure ou deux en trucs franchement comiques.

Tout ça pour parler du cours de M. Stébé, sociologue au CNRS de Nancy et aussi appelé “M. Que sais-je ?” en hommage à son ouvrage sur la crise des banlieues (publié justement dans cette collection) . Le cours portait sur les rumeurs, et forcement, on a eu droit à la légende urbaine New Yorkaise sur les alligators qui se promenaient dans les égouts, et qui en sortaient la nuit.

La légende voudrait qu’une famille americaine se soit rendue dans un Everglade (espèce de parc de preservation des espèces je sais plus trop où) et que les parents, sous la pression des enfants, eurent l’intelligence profonde d’accepter de ramener un bébé alligator à New York. Seulement au bout de quelques temps, la bestiole grossit et les parents pris de panique la balancèrent dans les toilettes avant de tirer la chasse.

Depuis la créature (génétiquement modifiée par la pollution underground de la ville, ce qui n’est pas dis directement mais seulement sous entendu) sortirait la nuit pour terroriser la populace.

Mais le plus drôle dans l’affaire, ce n’est pas autant l’histoire que la morale qu’il faut en tirer, ou plutot les morales, car il y en a 3 :

1) Il ne faut pas enlever les animaux à leur milieu naturel,

2) Il ne faut pas céder aux caprices des enfants,

3) Il ne faut pas se promener tout seul la nuit, c’est dangerous.

La valeur morale de cette légende urbaine mets parfaitement en avant la nécessité qu’ont les amerloques d’élire un Terminator comme gouverneur (et le premier qui me dit que NY c’est pas en Californie, je lui repond que c’est valable aussi pour le président des USA ;) ;) )

A mort les Naaaaains !

Jeudi, novembre 6th, 2003
No Gravatar

Aujourd’hui j’ai tué mon second nain.

Ahahahahahahah !

J’adore Nainwak ! c’est vraiment excellent !

Au début je dois avoir que j’ai eu du mal à me mettre dans le jeu car c’est assez lent comme système, mais ça repond parfaitement au système conventionel du jeu de rôle. Nyark, Nyark ! J’m’éclate !

Mon nain se nomme Erbus Barbyll. C’est un nom tiré de nul part. J’ai une sacrée imagination pour les noms de mes persos, il suffit de voir mes persos de JDR pour s’en rendre compte…C’est un aspect primordial, pour moi. C’est ce qui determine mon attachement au personnnage. D’ailleurs ça se ressent pas mal dans ma manière de selectionner mon perso pour jouer : J’ai certains persos forts avec lesquels je ne joue jamais parce que leur nom ne me plait pas. Alors j’en prend des plus faibles mais avec un nom que j’adore. Ce qui est débile, car il me suffirait de changer le nom de mon perso fort. Mais je n’aurais pas plus envie de jouer avec lui car il aura été “renommé”.

Mon perso favoris, c’est ma femme pirate dans Star Wars : Carrigan MacMellan. Un nom fétiche pour moi car c’est aussi celui d’une des héroines d’une histoire que j’écris. J’ai du jouer 40 scénarii avec, et je ne m’en lasse pas.

Bref, tout ça pour dire…Si vous jouez à Nainwak, et que vous voyez un certain Erbus, ne tirez pô : derrière lui, c’est mouah ! :p

Le langage des uns, les lunettes des autres

Mercredi, novembre 5th, 2003
No Gravatar

Ca fait aujourd’hui un mois passé que je suis rentrée à la Fac, et que j’ai partiellement quitté le domicile famillial (j’y reviens un week-end toutes les 3 semaines.) Et malgré mon relevé quotidien de mails à la Fac, je ne peux plus gerer mon site comme avant.


Du coup, je reçois chaque jour quantité de mails limite lisible, qui, à defaut de m’interpeler sur le sujet en lui-même (l’absence de mise à jour concernant certaines rubriques), me donne l’impression d’aborder un nouveau langage : le langage esémesserien (de l’abreviation SMS, qui veut dire…Chais pas moi, texto ?)


Je pige que dalle à certains mails, comme j’ai jamais rien compris au sens propre des textos ecrit avec un melange de chiffre et de lettres, façon France 2 le soir vers 17H00. D’ailleurs bon nombre de potes se  foutent de moi qui redige entièrement mes  textos.


C’est quand même très grave, je trouve. Il faut calculer que “r1” signifie “rien”, “kk” signifie “quelqu’un”, “j’M” signifie “j’aime”... Tuons nous la langue ? Ca craint ! On peut ecrire abrégé sans pour autant passer pour un illéttré. Ecrire un mail en disant qu’on aime ou qu’on aime pas, ou bien qu’on voudrait savoir ci ou ça, ça prend pas plus de temps que de reflechir au nombre qui va préceder la lettre. M’est avis que c’est très con.


A quand “Les misérables” en langue SMS ? Cool ! Une citation de Victor Hugo dans un texto, ça en claquerait grave.


Meuh nan, chuis pô vieux jeu. Y a juste des façons de s’exprimer rapido, qui sont cools, sympas, et surtout claires. Le seul avantage, c’est que le niaiseux en langue pourra bientôt dire, quoi qu’il arrive, “je suis bilingue ; je parle français et SMS.”


Imaginez…C Pour 2Main !

Le psychodrame de la journée

Mercredi, novembre 5th, 2003
No Gravatar

Arf, j’ai vécu en début d’après-midi un psychodrame qu’il faut que je vous raconte.


A la sortie de la FAC, j’ai décidé d’aller faire quelques courses (y avait plus rien a becter chez moi, donc forcement, ça m’a fortement confortée dans ma décision)


Logiquement, quand je decide de ce genre de chose à la sortie des cours, je prend l’initiative de passer par mon appart’ pour deposer mes petites affaires (portable, sac, manteau…) pour mieux repartir, pépère, faire mes petites courses.


Seulement ce midi, crevée à la base par mon assommant prof de linguistique (qu’il me pardonne, mais j’ai du mal à garder les yeux ouverts dans ses cours) j’ai décidé d’aller directement au supermarché sans m’arreter par la case piaule. Du coup, fatalement, j’avais mon sac, mon portable, etc. J’ai mis mon portable dans ma poche de chemise.


En sortant, une heure plus tard, avec 3 sacs plein à craquer, je suis allée attendre le bus. Là, une jeune fille(de mon age je suppose) est venue s’assoir à coté de moi. Puis le bus s’est fait voir : Moi, plongée dans Fluide (Glacial) je me suis levée d’un bond, en même temps que la fille d’à coté ©. Quand soudain un téléphone portable a voltigé sur la route Pendant un court instant j’ai cru que c’était le mien, et la panique m’a instinctivement fait mettre ma main à la poche, tandis que la nana, dépitée, faisait de grands gestes au conducteur du bus. C’était son portable, et le bus venait de l’écrabouiller lamentablement dans le caniveau de la manière la plus cruelle et la plus barbare possible. Et la fille de fondre en sanglot. Et moi de me dire : “Heureusement que c’était pas le mien”. Pendant un instant que je me suis dis que ça aurait été très rapide de tirer le portable avec le pied pour eviter sa destruction précose (selon la fille, le portable avait 2 jours et lui avait couté 200€). Mais comme à dit le chauffeur, qui a assuré de rien avoir vu : “Valait mieux que ce soit le portable que vous.”


Durant tout le temps où nous avons partagé le même bus (je suis descendue avant elle) la fille fut inconsolable. Derrière moi était assit un petit garçon qui bégayait un petit peu, et qui tout le long du trajet n’a cessé de demandé à sa mère “Pourquoi le chaffeur a écrasé le téléphone de la dame ? Pourquoi elle pleure, la dame ?” dans ma tête je me disais “Quand on est gamin on sait pas la fermer”. La fille pleurait comme si son petit frère était passé sous les roues du bus. Faut pas pousser. Même si la comparaison est inégale. Ce n’est qu’un portable, à 200€, c’est sur, mais un portable.


Mon portable à 2 mois et il a une énorme rayure (je l’ai mis dans la même poche que mes clés) et j’ai rien dit. C’est qu’un portable. Ma maniaquerie ne touche pas ce genre d’objet (je ne peux pas en dire pareil de mes bouquins, mais c’est autre chose).


Malgré tout, le psychodrame du jour m’aurait confirmé deux choses : La première, c’est qu’il faut TOUJOURS fermer ses poches. La seconde, c’est qu’on à pas vraiment le droit de juger les japonais qui, attristés par la mort de leur tamagochi, lavaient leur honneur sabre : On trouve toujours des équivalences chez soi.