samedi, octobre 21, 2017 14:02

Archive for avril, 2005

Tribute to Akazan

Jeudi, avril 28th, 2005
No Gravatar

Comme je m’ennuie grave ce soir et que j’en ai ras-le-bol d’xp mon aco (qui un jour peut-être deviendra Monk finalement, l’espoir fait vivre) j’ai décidé, comme ça en passant, de trouver un nouveau thème pour ma collection de dessins.
Oui parce qu’il faut savoir que je zone beaucoup dans les conventions aux stands des fanzines, entre autre, pour quémander des dessins. Mon grand thème depuis déjà 2 ans, c’est les magiciens et les elfes. Je commence à en avoir pas mal d’où l’idée d’imaginer un nouveau thème alternatif.

Avant tout je dois vous présenter Akazan, ma rogue sur Ragnarok Online :
Akazan
Akazan est donc une rogue, qui est l’évolution de la classe thief. Elle a une vie bien remplie, elle dirige une guilde, elle est marié à un charmant Monk du nom de Taelon, avec qui elle a eu une fille, Elyse, jeune priest. A fond dedans
Je me suis beaucoup attachée à ce personnage et à son évolution (qui dépasse largement le cadre du jeu sur un certain point mais ça c’est une autre histoire.) et j’ai décidé de voir ce que ça donnerait d’en faire un thème pour ma collection !
Bien sur ça ne doit pas être simple de dessiner un perso qu’on ne connait pas, c’est pourquoi je vais limiter ce thème au Net. Si certaines personnes me font des beaux dessins sur papier je tenterais de les supplier pour les avoir en “vrai”, nyark nyark _
Je mettrais les dessins sur une page dispo en haut à droite. J’espère ne pas faire un bide avec ce thème-là, lol :D

Glandouille never die

Dimanche, avril 24th, 2005
No Gravatar

Alors que se termine ma première semaine de vacances (enfin, deuxième semaine si je compte la semaine passée à Nancy avec Petit Ami parle comme Bridget Jones), je dresse un premier bilan et je me rends compte que je n’ai rien fait de particulièrement constructif : Je n’ai lu que des manga, boudant Michel de Certeau et son Invention du Quotidien (et pourtant mon oral d’examen, ça ne sera pas sur Helsing _) , j’ai joué à la Dreamcast que j’ai reçu la veille de mon départ de Nancy, j’ai matté des films, des films et des films, et bien sûr j’ai joué à Ragnarok Online.

En trois mots, j’ai grave glandé.

La grande question, c’est : Est-ce que ça me change du reste du temps ? Je dirais pas vraiment, je ne suis pas une férue de boulot, d’ailleurs c’est quand même un gros problème. Heureusement que je me booste à fond pour les exams et que je m’en sors pas mal naturellement parce que bon… Bref… Il me reste une semaine pour commencer à lire ce bouquin chiant comme la mort et à prouver au monde entier que je peux me décoller plusieurs heures de suite de mon PC.

Reservoir Dogs in Ragnarok Online

Vendredi, avril 22nd, 2005
No Gravatar

Boss de la guilde Reservoir Dogs sur Ragnarok, je prépare une petite page web présentant les différents protagonistes. Pour l’occasion j’ai réalisé une série de dessinsde manière à faire une page d’accueil style “Tarantino”. C’est Fujin qui s’occupe des couleurs _
Voici le premier terminé de la série, à savoir Akazan Keros, ma rogue :
Akazan
Je mettrais sans doute les autres personnages en ligne, en attendant le montage final _

Quel michaël êtes vous ?

Lundi, avril 18th, 2005
No Gravatar

Dans le cadre d’un délire politicalement incorrect entre Fifi, Russ, Moku et moi-même, nous avons, avec Fifi, fait ce joyeux test.
Maintenant, à savoir si l’on est fiers d’être des Wacko Jacko, j’préfère pas répondre.

Canisme Anglais.

Lundi, avril 11th, 2005
No Gravatar

Ce qui m’amuse en ce moment, c’est la prolifération des anglicanismes dans la bouche des français. On dirait que placer des mots anglais dans des phrases françaises est devenue une compétition.
Et tout le monde le fait, même moi, off course. C’est bien connu, on critique d’abord ce qu’on connait.
M’enfin moi, ce que j’en dis, c’est que les personnes qui en abusent ne sont généralement pas les plus anglophones, en usent à tort et à travers et passent assez souvent pour des cons. Qu’on utilise des mots anglais quand il n’y a pas d’équivalant en français, c’est normal, mais qu’on balance des “that’s right” ou des “yes” à tout va, ça fait un peu cloche. Quand en plus la personne essaie de prendre l’accent du pays, c’est encore plus ridicule.
Pour pousser plus loin la caricature, je prendrais l’exemple de cette dame un brin snobinarde croisée un jour au centre commercial Saint Seb’, qui dit à son (je pense) mari “Allons chercher la voiture au parking” en prenant un pseudo-accent anglais sur le mot parking. Cependant il faut savoir que le mot parking est une invention crétine bien française pour désigner l’endroit où l’ont gare les bagnoles, les Anglais préférant de loin la désignation – bien de chez eux cette fois – car park. Inutile donc de prendre un accent stupide pour dire qu’on va chercher sa voiture au parking, surtout quand on a un accent tout pourri, de toute façon dans les deux cas on a l’air neuneu.
Je me demande si les français qui font ça n’auraient pas un peu honte de leur langue maternelle. Ce qui est certain c’est que c’est inutile de parler une langue étrangère pour dire des conneries, alors je vois pas pourquoi faire des efforts inutiles. Et puis de toute façon, je n’ai pas de voiture.

Le Pape, la télé et moi

Mardi, avril 5th, 2005
No Gravatar

Bon, je n’ajouterais rien sur le décès du Pape, si ce n’est “Le Pape est mort, vive le Pape !” au moins maintenant il ne sera plus exhibé à tout va s’étouffe avec son café
En tout cas j’ai une anecdote sur tout le rififi médiatique de cette nouvelle.
Dimanche soir j’avais décidé de regarder L’Associé du Diable, que j’avais vu il y a une paire d’années et qui m’avait fait marrer, et puis après, enchaîner sur Seven parce que je l’aime beaucoup, ce film.
Au final je me suis retrouvée avec Le 8e Jour, rho punaise génial j’avais trop envie de ça _ Alors je me tape une daube MONUMENTALE sur TF1 en attendant Seven. Et au final, je constate que c’est une reddif de A propos d’Henry, un drame vu et revu avec Harrison Ford qui passe à la place.
Après environ 2 secondes de réflexion, j’en déduis que tout ça était prévisible : Eh vi, quelle chaine de télé qui se respecte aurait diffusée un film où un gentil n’avocat pactise avec le Diable en personne, et un autre film où les 7 pêchés capitaux sont la motivation d’une série de crimes particulièrement cradoks, et ce à peine un jour après le décès du Pape ? Surtout pas F2 et TF1 qui, à la place, ont préféré balancer (tout droit sorti des fonds de tiroir) la gentille histoire d’un pauvre type paumé qui part en vadrouille avec un attachant trisomique, youpi youpi mes amis, et un nanard l’ywoodien où un avocat surchargé se prend 2 balles et doit réapprendre à vivre sans faire des journées de 25h au boulot sur fond de musique dégoulinante.
Je sais pas si j’dois le prendre pour moi en me disant que j’aime les films sataniques, mais en tout cas ce qui est sûr c’est qu’hier soir, TF1 n’a pas déprogrammé Soeur Thérèse.com et que ça aurait sans doute été bon de le faire pour le respect des spectateurs.

PS : Vous vous attendiez surement à ce que je parle de mon lecteur DVD/Divx Phillips que j’ai acheté hier et avec le lequel je m’éclate comme une petite folle ? Bah nan je dirais rien.

Tête à tête avec Clint

Vendredi, avril 1st, 2005
No Gravatar

Comme j’ai loupé Kiefer Sutherland de quelques minutes hier matin, j’ai passé la soirée avec Clint Eastwood. Ce soir je la passe avec les Théories de la Réception, ça sera nettement moins bien, croyez moi.

Million Dollar Baby, le dernier film de Clint Eastwood, me semble extrêmement complexe à résumer en quelques mots. Car celui qui le définira comme “un film sur la boxe” passera à coté de beaucoup de choses.
Derrière cette appelation un peu raccoleuse qui forme le titre du film se cache Maggie Fitzgerald, nana trentenaire à la vie foutue en l’air par un contexte famillial peu glorieux, et surtout à l’absence cruelle de repères paternels. Serveuse depuis des années, sa passion c’est la boxe, et il est temps pour elle de l’affirmer. Seulement, le vieux Frankie Dunn, le boss de la salle, ne l’entend pas de cette oreille : Lui n’entraîne pas les “filles”. Question d’ethique, ou d’autre chose…
Histoire humaine en trois temps, histoire d’un amour platonique à double-sens, Million Dollar Baby, c’est avant tout la rencontre d’un père en mal de fille et d’une femme en mal de père, tout deux cherchant la reconnaissance dans une vie meurtrie. Elle cherche un Dieu, il attend un Messie. Et c’est à l’age de 33 ans, comme par hasard, qu’enfin sa vie prendra un tournant décisif. Et là, prétendant à un silence d’église, la musique s’arrête, laissant les personnages face à leur destinée, et le spectateur, soufflé, ne reste pas indifférent.
Outre des combats de boxe au féminin magistralement filmés (on s’y croirait), Clint Eastwood brasse les genres, passant du reportage sportif au drame social, sans oublier son humour caustique, souvenir de ses années Western, sans doute, et sa musique, un Blue triste et mélancolique, illustrant la vie qui nous file entre les doigts…
En définitive, Eastwood maîtrise parfaitement le rythme de son film, et l’étalage de sentiments se fait sans lourdeur, en douceur, dans ce monde de brutes. Sa maîtrise du jeu d’ombre et de lumière est, lui aussi, indéniable, mais on le savait déjà depuis longtemps, et Mystic River l’avait confirmé. Sans doute le film de ce réalisateur qui m’aura marqué le plus, avec Un Monde Parfait, qui traitait déjà du thème des relations paternelles. Soufflant. Rien à ajouter.
Chapeau bas.